A Propos

    Sahelink est la communauté numérique des acteurs du développement local au Sahel.

    Elle a pour objectif de rendre disponibles et accessibles, pour les experts et les non-experts, les expériences et enseignements acquis par les acteurs locaux, les professionnels, les organisations internationales et les chercheurs. Elle centralise et facilite le partage de connaissances à travers un ensemble d’outils numériques dynamiques.

    A travers ses outils, elle permet à toutes les personnes intéressées d’obtenir des renseignements fiables, une documentation complète et des contacts pertinents pour afin d’être bien informé, d’entreprendre des projets de manière sereine ou de contribuer à la création de connaissances autour des enjeux du développement local et d’alimenter la réflexion des acteurs du développement, des collectivités territoriales et des politiques publiques.

    Les outils Sahelink

    - Le site www.developpementlocal-sahel.org: La bibliothèque numérique du développement local dans le Sahel.

    - Le blog collaboratif www.lesbilletdesahelink.org : Animé par les Bloggeurs du Mali (Doniblog) et d’autres bloggeurs et journalistes du Sahel, c’est le centre de vulgarisation des productions du site pour les non experts des thématiques.

    - Les pages Facebook et Twitter @Sahelink : Sensibilisation – Actualité – Plaidoyer – Mise en relation des acteurs experts et non experts sur le développement local au Sahel.

    - Les Groupes thématique LinkedIn : Permettre aux universitaires, agents du développement, experts des thématiques de la communauté d’avoir un espace de mise en réseau.

    - L’espace connecté à Nioro : connecte les populations des territoires aux outils et membres de SaheLink en ligne. Les populations y ont un accès libre à internet et bénéficient de formations au numérique.

    Les acteurs de la communauté

    1/ Les Producteurs de connaissances : universités, chercheurs, instituts de recherches, ONG et autres organisations du Sahel et d’ailleurs ;

    2/ Les Agents du développement des collectivités et des organisations sur les territoires ;

    3/ Les Citoyens du Sahel : la diaspora du Sahel et les citoyens résidant sur les territoires.

    Pour atteindre ses objectifs, SaheLink est pilotée par un Comité de Pilotage. Cette approche lui permet de s’appuyer sur des acteurs crédibles et valables au Mali, en Mauritanie et au Sénégal.

    Les membres du Comité de pilotage

    AU MALI

    Le GRDR Migration-Citoyenneté-Développement :

    Créé en 1969 sous l’impulsion de ressortissants d’Afrique de l’ouest vivant en France, le Grdr Migration-Citoyenneté-Développement est l’une des rares associations de droit français menant des actions de développement à la fois dans les pays de départ, de passage et d’accueil (Afrique de l’Ouest, Maghreb et France).

    La Fondation Tuwindi :

    L’objectif de la fondation est d’utiliser les Technologies de l’Information et de la Communication pour soutenir le développement social et économique sur tout le continent. Tuwindi utilise fortement les technologies pour le contrôle citoyen de l’action publique en impliquant les jeunes. Pour cela elle a développée plusieurs outils technologiques de participation, de mobilisation et de contrôle citoyen en vue de renforcer la gouvernance démocratique et participative au Mali, et dans la sous-région.

    Doniblog (la communauté des bloggeurs du Mali) :

    Doniblog a pour objectif d'inciter l'innovation chez les jeunes et de contribuer à mettre les jeunes en communauté pour qu'ils œuvrent ensemble en trouvant des solutions innovantes aux problèmes de leurs concitoyens dans le domaine de la gouvernance, de la santé et de l'innovation sociale.

    Les membres de la communauté des bloggeurs du Mali ont formés plusieurs jeunes dans le cadre des" Blog Camps" qu’ils organisent chaque année. Ils organisent des campagnes de sensibilisation et de dénonciation sur des problèmes d’actualités. Ils sont aujourd’hui des acteurs clé de la société civile malienne sur le contrôle de l’action publique par les citoyens.

     

    En MAURITANIE

    Diarra SYLLA InnovRIM,

    Ingénieur en télécommunication, formatrice en informatique et automatisme, cofondatrice du premier fablab Mauritanien  et Présidente de l'association InnovRIM qu’elle anime avec ses acolytes Faty Kane et Oumou Sow.

    InnovRIM existe  depuis le 24 novembre 2014 avec le fablab « sahelfablab » qui est un espace d’échange, expérimentation et de prototypage où sont formé des jeunes lycéens, universitaires et des déscolarisés pour  participé l'insertion professionnel de ses jeunes dans le domaine du numérique, aussi du recyclage électronique et plastique pour  la protection de l'environnement. Le fablab accompagne les jeunes à la réalisation de leurs projets  aussi les offres des stages  en informatique, électronique et en gestion de projet.

    Amadou SY, promoteur du Site Internet « Le Reflet »

    Journaliste à « Le Quotidien de Nouakchott », un journal en ligne et sur presse papier, il a créé son site d’information récemment www.Le reflet.org. Il se spécialise dans l’Open data (le fait de rendre accessible les données publiques), dans le cadre d’un réseau international Horizon Lab, dont il est le représentant en Mauritanie. Il suit une autre spécialisation en MOJO (Mobile Journalisme).

    L’engagement civique d’Amadou Sy ne fait pas de doute, il est le vice-président du Leo Club Nouakchott Sahel.

    Cheikh Oumar Coulibaly

    Gestionnaire de projets spécialisé dans la santé communautaire, en poste chez Caritas Mauritanie, il dispose d’une solide expérience du développement et est actif dans le milieu associatif.

    Aboubeckri Kante,

    Spécialiste en audiovisuel, il est Professeur en graphisme, réalisateur et monteur. Il travaille avec beaucoup d'ONG dans la réalisation de projets de films axés sur le développement rural.

    Zeinabou Niang

    Passionnée des médias sociaux, Bloggeuse et formatrice en communication et développement personnel, elle est membre de la civi-tech associative : Horizon Lab.

    Amadou Fade

    Chef de service au Ministère de la communication en Mauritanie, il est géographe et environnementaliste, passionné de développement local.

     

    Au SENEGAL

    Mamadou FADE

    Il est le chef d’antenne départementale de l’ARD de TAMBACOUNDA à Bakel depuis 2002 et le Secrétaire Exécutif du conservatoire de la réserve du BOUNDOU (CORENA). Ses expériences son multiple et reconnus dans le développement durable sur les pays du bassin du fleuve Sénégal.

    Il a animé des ateliers de formation sur la décentralisation pour les communes des départements de BAKEL/GOUDIRY/TAMBACOUNDA/KOUMPENTOU dans le cadre des activités de l’ARD de Tambacounda et du plan d’actions politiques sociales ARD/UNICEF et aussi animé le processus d’élaboration et de mise en œuvre du budget participatif dans la commune de MOUDERY.

    Abdrahmane Ba

    Animateur d'appui à l'éducation socioéducative, il est Président du conseil départemental de la jeunesse de Bakel et du réseau départemental pour la Paix et Cohésion Sociale de Bakel. Il est aussi en charge de l'organisation du FORUM CIVIL, section de Bakel.

    Maké DANGNOKHO

    Journaliste –écrivain, il est Directeur Général du Groupe de Presse ALKUMA (la voix du  Sénégal Oriental).

    Les différents acteurs


    copyright © 2018 Sahelink - communauté numérique sur le developpement local au sahel - developpé par
    Commune de Béma

    La commune rurale de Béma, crée en 1996, couvre une superficie d’environ 1 350 km2 et se compose de 24 villages.

    La population est estimée à 23 473 habitant·e·s en 2009. L’exode rural est très pratiquée par cette population, en direction de Bamako, Ségou, Kayes, Kita et le Kaarta, et ce particulièrement chez les maures et les jeunes.

    De plus, la commune est caractérisée par un important mouvement migratoire. La population émigrée est estimée à 1 262 personnes, soit environ 7% de la population totale. Ces déplacements sont orientés vers plusieurs pays dont les plus importants sont africains comme la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Congo ou encore le Nigeria.

    L’émigration constitue une importante source de revenus dans la commune, ses revenus servent à payer les impôts et taxes, à acheter des céréales, construire des maisons, mener des travaux d’intérêt collectifs et donc en somme participent activement au développement local.

    Documents à télécharger:

    Programme de développement économique, social et culturel de la commune rurale de Béma