Agriculture, élevage et alimentation

    Etude sur le pastoralisme dans la wilaya du Gorgol

    Le petit élevage est une activité stratégique représentant une opportunité de mobilisation de revenus. Cet élevage reste d’une importance capitale dans la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté en Mauritanie. Son importance, dans la valeur ajoutée rurale est marquée par le caractère fortement redistributif,

    le rôle majeur dans la sécurité alimentaire (lait et viande) des ménages ruraux et les mécanismes de solidarité rattachés. Son impact dans la préservation des équilibres entre usagers et ressources interpellent au plus haut niveau les institutions étatiques à savoir le Ministère de l’élevage, le Ministère de l’hydraulique et le Ministère de l’environnement, ainsi que les délégations régionales et les services départementaux relevant de ces différents Ministères. Le fort potentiel bétail de la Mauritanie reste encore en deçà des attentes d’accroissement de la productivité du secteur. L’analyse des politiques en matière d’élevage décrit des goulots d’étranglements à plusieurs niveaux : l’insuffisance ou délabrement des infrastructures ; la faible productivité des animaux ; l’absence ou la méconnaissance de données statistiques fiables sur les paramètres zootechniques ; l’absence ou l’insuffisance du contrôle sur l’hygiène et la qualité des produits et intrants de l’élevage ; les effets du changement climatique, etc.

     

    pdfTélécharger le document1.13 Mo


    copyright © 2018 Sahelink - communauté numérique sur le developpement local au sahel - developpé par
    Commune de Béma

    La commune rurale de Béma, crée en 1996, couvre une superficie d’environ 1 350 km2 et se compose de 24 villages.

    La population est estimée à 23 473 habitant·e·s en 2009. L’exode rural est très pratiquée par cette population, en direction de Bamako, Ségou, Kayes, Kita et le Kaarta, et ce particulièrement chez les maures et les jeunes.

    De plus, la commune est caractérisée par un important mouvement migratoire. La population émigrée est estimée à 1 262 personnes, soit environ 7% de la population totale. Ces déplacements sont orientés vers plusieurs pays dont les plus importants sont africains comme la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Congo ou encore le Nigeria.

    L’émigration constitue une importante source de revenus dans la commune, ses revenus servent à payer les impôts et taxes, à acheter des céréales, construire des maisons, mener des travaux d’intérêt collectifs et donc en somme participent activement au développement local.

    Documents à télécharger:

    Programme de développement économique, social et culturel de la commune rurale de Béma